[ TOP TEN ] Turkish Delights : l’art contemporain turcs à travers 10 artistes

facebooktwitter

Eat sweets and then let’s talk sweet. Ce proverbe est assez représentatif de la façon dont le discours se conçoit en Turquie. Exception à la règle s’il en est : les artistes contemporains turcs ne mettent jamais d’édulcorant dans leurs prises de parole.

Voici une petite présentation de ceux qui donnent le ton sur la scène nationale et font l’actualité à l’international.

1 / Cevdet Erek

Tête de proue de la nouvelle garde, Cevdet Erek a le vent en poupe. Cet artiste prometteur touche à tout avec talent. Doigts de fée et biceps de batteur, il décline ses réflexions sur le rythme en vidéos, performances, concerts, installations et même objets manufacturés à grande échelle comme la règle extraite de la série Rulers and Rhythm Studies qui sert de cadeau officiel pour les invités de la 12e Biennale d’Istanbul.

Rulers and Rythme Studies at 12. Istanbul Bienali

Rulers and Rhythm Studies, in front of Antoni Muntadas’ work. 12th Istanbul Biennal view.
@Minniefractale on Instagram

Rulers and Rythme Studies at 12. Istanbul Bienali

« Ruler Day and Night » from Rulers and Rhythm Studies
@Minniefractale on Instagram

http://cevdeterek.wordpress.com
http://12b.iksv.org/en/index.asp
http://www.gaite-lyrique.net/magazine/article/cevdet-erek-du-speed-metal-a-la-biennale

2 / Halil Altındere

Halil Altındere s’offre une première exposition personnelle intitulée If I can’t Dance It’s Not My Revolution à la Galerie Pilot qui vient tout juste d’ouvrir dans le quartier de Cihangir en lieu et place d’une discothèque ayant fait les belles nuit des 70’s.
Après s’être attaqué au régime turc en mettant en évidence son caractère répressif, Halil Altındere s’intéresse désormais aux représentations sociétales à travers les tensions entre modernisme et tradition, les icônes pop et les minorités marginalisées.

Halil Altindere @ Pilot Galeri

Halil Altindere @ Pilot Galeri

Halil Altındere’s exhibition view at Pilot Galeri
@Minniefractale on Instagram

http://www.pilotgaleri.com/

3 / Sarkis

Sarkis Zabunyan aka Sarkis est un des artistes turcs les plus connus dans le monde. Une exposition faisant honneur à 50 années de créations a eu lieu à Istanbul Modern en 2010, année où il a également été accueilli par le Centre Pompidou. En entrant dans le musée stanbouliote on peut encore y observer une de ses œuvres toujours présente dans la collection permanente.

Sarkis @ Istanbul Modern

OPERATION ORGAN
BLACK OUT
CRISIS
DREAMS OF A WALL PAINTER
DARK SCULPTURES
WAR PRIZES
TREASURE OF SORROWS
BEGINNING AND ENDING OF CENTURIES
THE FLASH OF THE LIGHTINING THE NOISE OF THUNDER
INTERPREATION OF INSTALLATIONS

Sculpture with the crane of a monkey dancing in front of Sarkis big moments.
1989-2009, First and unique turkish version. Colored Neon and sculpture from Congo
@Minniefractale on Instagram

http://www.sarkis.fr
http://www.istanbulmodern.org/en/f_index.html

4 / Kutluğ Ataman

L’identité est un des thèmes les plus récurrents chez les artistes turcs. Dans les pièces qui composent l’exposition Mesopotamian Dramaturgies, actuellement en cours a ARTER, Kutluğ Ataman, questionne les processus de construction des identités personnelles et collectives dans un espace lui-même en perpétuelle re-construction.

Kultug Ataman @ Arter

Column, 2009. Installation view: ARTER, 2011
@Minniefractale on Instagram

http://www.arter.org.tr/W3/

5 / Şener Özmen

Grand Manitou, artiste, poète et professeur, Şener Özmen a  largementinfluencé la jeune génération avec ses œuvres audacieuses et impertinentes. Dans la vidéo Road To Tate Modern il joue un Don Quichotte des temps modernes cherchant à dos d’âne le chemin qui le conduira vers le prestigieux musée londonien.

Şener Özmen with Erkan Özgen, “Tate’e Giden Yol (Road to Tate Modern),” video, 7’13” (still), 2003.
@Minniefractale on Instagram

http://sener-ozmen.blogspot.com

6 / Ayşe Erkem

Asye Erkmen - Plan B - Pavillon Turc - Biennale de Venise 2011

Plan B, 2011
Installation, Water Purification units with extended pipes and cables, The Pavillon of Turkey, 54th International Art Exhibition, Venice Biennale

Née en 1949, Ayşe Erkem est devenue une des figures internationales de la création contemporaine avec ses sculptures éphémères spécifiquement conçues pour s’insérer dans un site particulier. Il arrive parfois que ses propositions outrepassent l’emplacement qu’on leur réserve; non pas en volume mais en dynamisme. Choisie pour représenter la Turquie lors de la 54 ème biennale de Venise – qui a cours jusqu’au 27 Novembre 2011 – Ayşe Erkem y expose Plan B, une installation qui penche plus du côté de ingénierie que de la sculpture.

Plan B est un véritable système de traitement de l’eau qui récupère celle de la mer pour la rendre potable grâce à des machines filtrantes et désalinisantes avant de la rejeter d’où il l’a pompée. L’eau y est invisible, cachée par des tuyaux colorées qui la conduisent d’engins en engins, volontairement espacés.

Leur couleur vaut pour leur fonctionnalité et cela n’est pas sans rappeler le dispositif employé par Renzo Piano, Richard Rogers et Gianfranco Franchini pour les gaines techniques du Centre Georges Pompidou. Se mouvant dans une géométrie humaine et mécanique, l’eau déploie sa dimension et sa dynamique sociale et rapprochent Venise et Istanbul, ces deux villes d’art et de mer.

 http://www.ayseerkmen.com
http://www.labiennale.org/en/Home.html

7 / Basir Borlakov

Bashir Borlakov Ramon Mercader'in Rüyası / Ramon Mercader's Dream
Bashir Borlakov Ramon Mercader’in Rüyası / Ramon Mercader’s Dream

« Ramon Mercader’s Dream », 2010.

Les consonances russes du nom de Basir Borlakov viennent du nord du Caucase où s’étaient installées des communautés turcophones. C’est aussi dans ces contrés, aux alentours des montagnes, qu’a été photographiée la série Panorama datée de 2006. Dans ces vues repoussants toujours plus loin les coins de l’image, la nature magnifiée par la taille des clichés rend l’homme insignifiant dans la petitesse de sa taille et de ses tôles, dans son irrépressible agitation et son ambition démesurée. 

Grands angles et grands formats ont aussi été utilisés pour les œuvres qui ont composées l’exposition Geçmişteki Geleceğe Doğru à la Galerie Nev en 2009. Si les décors ne changent pas tellement, les scènes qui s’y déroulent sont tout autre. La contemplation n’est pas uniquement métaphysique, les paysages sont le théâtre des absurdes pièces des hommes, qu’ils ne se lassent jamais de rejouer, de représenter.

 Airplanes always land, Long live the Proletriat, Past is in the Future, There will be no place for everybody in the future, Brotherwood of the URSS people can not be destroyed : les titres des œuvres sont ceux de la persista nce. Les mises en scènes cocasses montrent des lendemains qui chantent les craintes du passé. Un passé ne cessant de s’actualiser quelques soient les systèmes. De la campagne à la ville, du communisme au capitalisme, les scénographies de Basir Borlakov montrent comment les hommes – prolétaires ou business men – se broient et se briment dans les systèmes qu’ils développent.

 8 / Inci Eviner

What a lady - 2009

What a Lady, 2009, exhibition view @ Instabul Traversée, Lille.

Inci Eviner est une artiste du mouvement, celui de son corps qu’elle utilise pour calligraphier, celui des autres qu’elle met en action dans des installations qui semblent toujours chorégraphiées. Ses œuvres circonvolutent autour de l’identité féminine et questionnent ses postures, ses représentations et ses conditions possibilité voire même de ses conditions de mobilité.

Elle explore les espaces physiques et mentaux qui placent ou déplacent les femmes, leur imposant ou leur suggérant un statut, qu’il s’agisse d’une idée toute faite, d’une architecture ou d’un territoire. En cela, Inci Eviner s’inscrit dans la filiation de Giorgio Agamben dans sa réflexion sur les dispositifs et revendique le statut d’ »artiste bio-politique ».

Invitée par le Musée d’art Moderne de la ville du 14 Janvier au 3 Avril 2011 elle présentait un parcours tripartite intitulé Broken Manifestos. L’installation de dessins à l’encre et les 2 vidéos Broken Manifestos et Parlamento prolongent ses recherches entamées par Harem (vidéo, 2009) ou Fluxes of Girls on Europe (vidéo, 2010) sur la citoyenneté.

http://www.incieviner.net

9 / Serkan Ozkaya

Serkan-Özkaya-Baker’s-Apprentice-Fiber-Straphor-Eggs-Acrylic-Paint-2006-27-600x450

Baker’s Apprentice, 2006.

Les installations de Serkan Ozkaya, multiplient et figent les corps à l’infini. Devenus objets, ils se figent dans un mouvement – tel cet apprenti chutant sans ne jamais tomber – ou sont prisonniers d’une posture – comme on peut le voir dans l’exposition Homo Practicus à la Galeri Nev en 2010. Une première sculpture figurant un bonhomme à la Keith Haring se trouve dupliquée et détournée en mobilier design. Humilié par un parapluie dans les fesses ou un plaque de verre sur le dos, l’homme objet devient homme pratique et praticable, exposé et exploitable.

http://www.slaggallery.com/artists/represented/artwork/28

10 / Nezaket Ekici

nascent_1

Nascent, Amsterdam, 2007

Nezaket Ekici est du genre à donner de sa personne. Pour ses performances elle met son corps en action et en attente. Quand elle n’est pas au milieu de l’eau en robe de mariée (Nascent, 2007), on la retrouve en robe de soirée malaxant de la crème jusqu’à en faire du beurre (Crema, 2004) ou bien les fesses en l’air sur un piédéstal à faire littéralement la femme fontaine (Fountain, 2004). Elle n’hésite pas non plus à s’enfermer dans une galerie pendant plusieurs jours pour y embrasser tous les objets qui l’entourent (Emotion in Motion, Valeria Belvedere gallery, 2002) ou à se bander les yeux pour offrir ses lèvres aveugles à qui voudra bien y apposer un baiser (Catch a turkish kiss, “25. Maj” Museum in Belgrade, 2001).

http://www.ekici-art.de

10 BIS / Petit Bonus : un hommage à Hüseyin Bahri Alptekin

tanzimat_hueseyin-barhi-apltekin_h-fact_730x440

H Fact: Horses & Heroes, 2005.

Après avoir élimé ses pantalons sur les bancs des amphis de sociologie et de philosophie de l’art à Ankara et à Paris, Hüseyin Bahri Alptekin a continué dans une voie double, à la fois critique d’art et artiste conceptuel dont œuvres explorent et réinventent la culture visuelle comme si elles voulaient la contenir toute entière. Ses installations, faisant souvent appel aux collages et aux archives, sont comme des circulations entre l’individuel et le collectif, la tradition et l’innovation, le point fixe et le vecteur dynamique. Ayant fait de la globalisation, de l’immigration et de l’exil ses thèmes de prédilection, il est une référence incontournable pour les jeunes artistes turcs.

facebooktwitter