[ VOGUE.FR ] Alba Prat : La vie aquatique

facebooktwitter

Un nom encore peu connu mais qui gagne à l’être. Cette jeune créatrice a produit un travail remarquable, alliant savoir-faire technologique et conscience écologique.

39bd810ff288f9f18dda2f695faa526e

Après ses études en sciences de l’environnement, Alba a délaissé Barcelone pour gagner la capitale allemande et intégrer la section mode de la Universität der Künste. Quand elle a dû choisir un thème dans lequel inscrire son projet créatif, elle a opté pour le monde aquatique, rêvant de cocotiers et de sable blanc pour occulter la rigueur de l’hiver berlinois. D’images en images, ses recherches préliminaires la conduisent finalement du côté obscur de la plage, là où les oiseaux meurent l’estomac rempli de plastique et où les étoiles de mer sont prisonnières des sacs abandonnés à la mer. Elle décide alors de s’intéresser aux habitants des profondeurs océaniques, victimes invisibles et silencieuses des conséquences de l’ère industrielle et de la société de consommation.

A travers Synthetic Ocean  – sa mini collection entièrement constituée en néoprène – Alba montre les formes que pourraient prendre dans le futur les corps des créatures sous-marines. Ainsi, pour survivre, Alba pense qu’elles devront s’adapter aux conditions de vie de cet univers synthétique, l’assimilant dans leurs carapaces pour s’en protéger. Cette mini-collection intrigue par la dualité et l’ambiguité qui la caractérise. Dans le monde sombre et froid que nous leur avons imposé, la capacité de résilience des espèces apparait comme une faible lueur d’espoir. La beauté, parfois étrange et inquiétante, peut émerger de n’importe quel environnement, aussi monstrueux soit-il.
Capture d’écran 2015-08-18 à 18.23.32Le néoprène, textile issu de la pétrochimie habillant les plongeurs, s’est imposé comme matière idéale pour vêtir les créatures aquatiques d’Alba Prat. Il se coud, se sculpte en prenant la forme d’étoiles de mer qui envahissent la cape ou s’ajoure comme un filet de pêche. Il assure aussi la continuité de la dualité dans les pièces d’Alba Prat : entre l’agrément et la nécessaire protection vitale, entre l’organique et le synthétique, entre la puissance du volume et la légèreté des découpes.

Ces découpes ont toutes été effectuées au laser, qui grave ou troue le textile en fonction de sa puissance. Fascinée par les possibilités offertes par la technologie, la jeune créatrice est constamment en quête de nouvelles méthodes ou matières à intégrer dans ses designs. Elle fouille régulièrement les laboratoires de son école dans l’espoir d’y trouver une machine dont elle pourrait détourner l’usage. De quel outil de haute technologie Alba Prat fera son nouveau jouet ? Il nous tarde de le savoir.

www.albaprat.com

Article publié sur Vogue.fr le 4 Janvier 2011 sous cette URL http://www.vogue.fr/mode/news-mode/articles/alba-prat-la-vie-aquatique/18947#8Z1qdrzlZs0w1eFI.99

facebooktwitter